Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Entreprendre en France est une galère
  • : J'ai créé mon entreprise avec très peu de moyens voici 6 ans. Aujourd'hui, elle progresse régulièrement mais modestement en raison des barrières invraisemblables que l'on met en France aux entreprises. Je passe un temps considérable à gérer des problèmes liés au fait que la création d'entreprise en France, contrairement aux beaux discours quotidiens, n'est pas la bienvenue.
  • Contact

Recherche

13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 04:32

"l'argent oui, la morale,non", c'est avec ce genre de pancartes que François Hollande a été accueilli à Haïti pour sa visite qu'il avait précédée d'une grande déclaration sur la dette de la France à l'égard du peuple haïtien, rançonné pour le prix de sa liberté. Les Haïtiens ont raison de souligner que le fait d'indemniser les colons esclavagistes avec des sommes faramineuses a été une ruine pour leur pays. Nous avons eu exactement le même cas en France après le traité de Versailles, où le nullissime Clemenceau a voulu absolument faire payer aux Allemands des dommages de la guerre 14. Résultats : au lieu de se reconstruire, l'Allemagne des années 20 s'est délitée et a fini par se jeter dans les bras d'un illuminé, Hitler. Donc faire payer les peuples pour les folies de leurs dirigeants n'est jamais une bonne idée. Mais revenir sur ce passé lointain est tout aussi délirant et reviendrait aujourd'hui à faire payer aux Français d'aujourd'hui les désastres causés les siècles précédents par l'esclavage. François Hollande, face au buzz à Haïti, créé par ses déclaration sur les réparations, s'est rattrapé aux branches en affirmant qu'il s'agissait simplement de payer une dette morale et non financière.

C'est la mode de faire payer pour les dégâts de nos ancêtres. Hollande n'a fait que remuer un peu cette soupe empoisonnée. Le groupe Wendel assigné par le CRAN en fait en ce moment les frais, lui qui se serait enrichi avec l'esclavage. L'affaire se dessine devant les tribunaux français, avec le silence complice de la classe politique française. Un problème de plus à gérer dans les décennies à venir : viendront ensuite les Africains, les Pieds Noirs, etc,etc. Et on tendra les micros devant des "représentants" des victimes. Mais pour payer qui et faire payer qui ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Sapiensse
commenter cet article

commentaires