Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Entreprendre en France est une galère
  • : J'ai créé mon entreprise avec très peu de moyens voici 6 ans. Aujourd'hui, elle progresse régulièrement mais modestement en raison des barrières invraisemblables que l'on met en France aux entreprises. Je passe un temps considérable à gérer des problèmes liés au fait que la création d'entreprise en France, contrairement aux beaux discours quotidiens, n'est pas la bienvenue.
  • Contact

Recherche

28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 02:33

Hier, la Chambre de Commerce et d'Industrie m'appelait pour me proposer un nouveau service d'aide à l'emploi de secrétaire à temps partagé. J'ai rapidement éconduit la charmante chargée de mission en CDD en lui expliquant que le meilleur service que peuvent rendre les CCI c'est de voter leur suppression. Les CCI et autres organismes consulaires , Chambres de Métiers et Chambre d'Agriculture, constituent des boulets pour les entreprises. En effet on pouvait concevoir à une époque que les CCI apportaient une information aux entreprises. Mais aujourd'hui, n'importe quel moteur de recherche sur internet apporte de bien meilleurs produits pour un tarif dérisoire. La chargée de mission elle-même admettait que mon discours était celui de bon nombre de chefs d'entreprises qu'elle appelait...de quoi dissuader les CCI de sortir de leur coquille.

Soutenir que les CCI aident les créateurs d'entreprise ou les PME en les conseillant est une vision plutôt idyllique. Certes des citoyens un peu démunis auront le réflexe d'aller à la CCI pour y rechercher des conseils pour entreprendre. Donc effectivement, un accompagnement des créateurs est bien nécessaire. Mais la complexité est telle aujourd'hui qu'un chef d'entreprise qui se lance mérite mieux qu'une heure passée avec un conseiller consulaire qui n'a probablement jamais eu lui-même d'entreprise. Le véritable accompagnement d'un jeune chef d'entreprise doit être beaucoup plus significatif : il faut réunir autour du créateur, des conseilllers du Service des Impôts des Entreprises, des conseillers URSSAF et Malakoff, des conseillers en gestion, en droit, en propriété industrielle,etc. Un délinquant démuni a droit à un avocat d'office... Donc l'Etat sait payer quand il le veut et un chef d'entreprise qui va avoir le mérite de créer des emplois est lâché dans la nature. Le décalage entre les beaux discours sur la création d'entreprises et les aides réelles a de quoi rendre schizophrène. Tous les politiques, tous, se fichent des entreprises... Si ce n'est pour aller chercher chez eux "la faute inexcusable de l'employeur", l'enrichissement indû, la fraude et donc le redressement.

Les CCI s'intègrent dans ce paysage du mépris des entreprises et constituent un écran qui laisse imaginer qu'elles sont là pour le soutien aux entreprises...Bref pour laisser croire que tout va bien. Les élus de chambre de Commerce - je connais cet univers puisque j'ai été modestement un des leurs - sont souvent les relais de cette propagande et les président de CCI sont des gens ravis d'avoir à la fin de leur carrière un bâton de Maréchal, gloire bien illusoire : les CCI ne pèsent rien.

Au contraire, elles qui devaient constituer le "guichet unique", belle invention paperassière, font aujourd'hui partie de ces barrières à franchir pour avancer. En effet lorsque l'on modifie administrativement son entreprise :  un déménagement, une augmentation de capital etc. Il faut un nouveau Kbis, la carte d'identité de l'entreprise que délivre le Greffe du Tribunal de Commerce. Et le CFE, Centre de Formalités des Entreprises, rattaché à la CCI,  est incontournable pour vous "aider" à diffuser auprès des organismes sociaux - URSSAF, Pôle Emploi et Impôts , vos nouvelles informations. Hé bien , j'ai essayé de me passer du CFE pour expédier directement les informations aux organises concernés et ainsi économiser quelques centaines d'euros : c'est parfaitement vain. Tant que l'on n'a pas payé à la CCI, les organismes sociaux et d'Etat ne prennent pas en compte vos courriers recommandés. Voilà un bel exemple de parasitage. Là aussi je connais un peu les CFE car, au cours de ma carrière, j'ai travaillé brièvement en Chambre de Commerce et j'en ai eu un sous ma responsabilité. Je connais donc les CCI en tant qu'ancien salarié et en tant qu'ancien élu.

Il faut supprimer les Chambres de Commerce. Elles alourdissent silencieusement la charge sur les entrepreneurs. Il ne s'agit pas de remettre en cause les talents qui s'y exercent et qui s'exerceraient mieux ailleurs, mais bien de remettre à plat une tranche d'imposition supplémentaire et de revoir complètement le mode d'accompagnement des entreprises, lequel ne peut venir d'autres organismes que les administrations elles-mêmes. 

En France, rien n'est jamais grave. Donc si les CCI sont là et pèsent sur les entreprises, ce n'est pas grave. Le seul problème c'est que tous les organismes qui se nourrissent des entreprises empêchent la résolution du problème du chômage dans ce pays. Trois ans après le déclenchement de la crise des subprimes, la France a eu droit à 740 000 chômeurs supplémentaires, le gouvernement se félicite de voir que la montée du chômage est enrayée et qu'il y a même un légère baisse du chômage de 50 000 personnes depuis le début de l'année. On est encore loin de revenir à la situation antérieure, laquelle, elle-même, n'était pas brillante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Zoïle - dans politique
commenter cet article

commentaires