Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Entreprendre en France est une galère
  • : J'ai créé mon entreprise avec très peu de moyens voici 6 ans. Aujourd'hui, elle progresse régulièrement mais modestement en raison des barrières invraisemblables que l'on met en France aux entreprises. Je passe un temps considérable à gérer des problèmes liés au fait que la création d'entreprise en France, contrairement aux beaux discours quotidiens, n'est pas la bienvenue.
  • Contact

Recherche

1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 04:33

280px-Jan Vermeer van Delft 002

25% des hommes en France ont un jour été voir une prostituée. C'est comme ça. Aucune loi ne pourra l'interdire.

Pourquoi aujourd'hui  cette loi pour réprimer la clientèle des prostituées ? Difficile de l'expliquer. La plupart des Français dans les sondages sont très majoritairement contre. Mais le gouvernement Hollande continue de vouloir absolument apporter ses lumières au peuple. Et au-delà, on peut très sincèrement s'interroger sur une Islamisation "douce" de la société française qu'il faut purifier. Ce n'est pas un hasard que ce soit Najat Vallaud Belkacem qui porte à bout de bras cette loi. Elle n'est pas seulement ministre français, elle exerce aussi des responsabilités au Maroc avec sa double nationalité et a besoin de soigner aussi son image dans ce pays.

 

On voit bien qu'à travers cette loi, les prostituées vont se trouver marginalisées. Un peu plus. Personnellement j'ai un peu connu 2 prostituées, sans avoir été client - mais peu importe. L'une d'elle m'a un jour téléphoné pour me dire qu'elle arrêtait et qu'elle avait suffisamment économisé avec ce métier pour ouvrir un magasin de vêtement dans Paris. L'autre a ouvert également une entreprise et la dernière fois que je l'ai vue, elle avait une dizaine de salariés, à Paris également. Sans ce métier - l'une d'elle l'a fait parce qu'elle n'avait pas trouvé d'autre solution pour nourrir son enfant - elles n'auraient jamais pu trouver les fonds pour créer leur activité.

 

Aujourd'hui, on veut interdire aux clients de fréquenter ces femmes dont on nous explique qu'elles sont victimes de réseaux. Pitoyable. Qui peut croire un instant que la police, avec des moyens vidéos considérables, des "victimes" - les prostituées - identifiables à chaque instant, un suivi des factures de téléphones, etc. Qui peut croire qu'on laisserait 20 ou 30 000 femmes aux prises avec des proxénètes dont on ne voit jamais l'arrestation dans les journaux. Combien seraient ces proxénètes ? 1000 ? 5000 ? 10 000? Et jamais on serait capable d'en arrêter un seul ? Alors que les faits divers présentés au 20 h nous montrent que quand la police le veut, elle n'a pas l'air d'avoir trop de difficultés à arrêter les coupables.

 

La réalité, c'est que les réseaux de prostituées n'existent que dans l'imagination des auteurs de la loi. On parle de 90% de prostituées sous le joug de réseaux : tout le monde sait aujourd'hui que ce chiffre est une pure invention. Quand on retire ce motif légitime pour réprimer la prostitution, que reste -t-il ? Une moralisation, et plus encore une volonté sous-jacente de purification. On sait malheureusement ce que donnent les régimes politiques qui veulent purifier, de l'Allemagne des années 30 au Vietnam des années 80, ou plus encore en Chine communiste actuellement.

 

Mais il reste aussi autre chose : une interdiction d'entreprendre : c'est la première fois que la liberté d'entreprendre se heurte à une interdiction d'avoir des clients. Cette loi est anticonstitutionnelle et contre l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789. Elle va à l'encontre de la jurisprudence et ne peut être que recalée au Conseil Constitutionnel. En effet  il ne faut pas être au sommet de la hiérarchie judiciaire pour le voir sur internet :

- la décision 89-254 DC du 4 juillet 1989, la décision 97-388, 98-401, 99-423, 2000-433 et bien d'autres encore rappellent le principe fondateur de la Révolution pour expliquer qu’il est loisible au législateur d'apporter des limitations à la liberté d'entreprendre, justifiées par l'intérêt général ou liées à des exigences constitutionnelles « à condition qu'il n'en résulte pas d'atteintes disproportionnées au regard de l'objectif poursuivi".  Or interdire à des clients d'acheter les services d'une entreprise, revient à interdire cette entreprise. Quand on légifère sur une activité, on l'encadre pour éviter les fraudes, les escroqueries etc. Dans le cas présent, on la rend tout simplement impossible.  C'est une loi hypocrite, qui ne dit pas ses objectifs. Une loi de pute. Donc il faut que cette loi interdise clairement la prostitution ou qu'elle disparaisse. Et le premier client qui recevra une amende de 1500 euros pourra aller se plaindre au Conseil Constitutionnel, ou aller jusqu'à la Cour Européenne de Justice.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sapiensse - dans politique
commenter cet article

commentaires